Wednesday, 28 November 2012

Rio+20 Youth Delegation - Declaration on the Fall Campaign


Our mission demands that we should courageously denounce injustice, with charity, prudence and firmness, in sincere dialogue with all parties concerned. We know that our denunciations can secure assent to the extent that they are an expression of our lives and are manifested in continuous action.
- Justice in the World, no. 57

Rio+20 Youth Delegation - Declaration on the Fall Campaign

In June of 2012, a bilingual group of youth leaders from across the country gathered at the Rio+20 People’s Summit to represent Development and Peace at one of the most important assemblies of our generation for the future of our planet. Francophone and Anglophone, Western and Eastern Canada, Indigenous and non-Indigenous sisters, all passionate members of this global movement for justice and peace that we hold so dear to our hearts.

As young members united in our demonstrated commitment to living out the gospel through working with Development and Peace, we are uniting once again to call for its renewal in this current climate of conflict, anger, and disempowerment.

We are angry.

We are angry with members of the CCCB, who have overstepped their power and abused their relationship with Development and Peace in intervening in this year’s fall campaign. As an organization founded by the Bishops in the time of Vatican II to be a lay-led movement for justice, this decision is at odds with decades of empowered lay people putting their faith into action through advocacy and solidarity.

We are angry with our government, whose changing philosophy on international development is cause for great concern for our partners, and for us as a movement of members.

We are angry with the leaders of this movement. We do not believe that the current leadership team stands for D&P members or partners as definitively as it ought. Their failure to communicate clearly in the context of crisis, their failure to stand up for outstanding partners such as the Centro PRODH that unjustly come under fire, and their failure to act prophetically when the fall campaign was at risk is unacceptable. We are unwilling to stand by and let their inaction go unchallenged.

We are tired.

We are tired of being told that this is a democratic organization in which members are told they are heard. Whether we are new to the movement, or have been active for decades, we have always been proud to call ourselves members. Recent events have made us frustrated and ashamed of the movement we call our own. The governance structures of this organization are failing its members and need to be reviewed in order for member voices to be at the centre of this movement once again.

We are tired of consistently failing our partners who, time and time again, remind us that our solidarity, our willingness to speak out against injustice, is worth so much more than our dollars. How can we say we continue to live in solidarity with our partners when we are no longer willing to take political action?

When we have come up against a wall, members have always held fast to our determination to affirm D&P’s prophetic role in the Church. We have held fast to our Catholic values. We are willing to be risk takers when these fundamental aspects of our identity are challenged. And yet, our elected leadership and management team deny us this courage and respond to challenge with cowardice.

However, we are not willing to give up.

We are calling for a renewal of leadership and of the democratic values we hold dear. How can we say we support the democratic struggles of our partners when we cannot even practice it internally? Listening to the youth voice and supporting more youth involvement at all levels is essential to this process and to the future of the organization.

We are calling for a courageous National Council executive and management team that is willing to take the demands of our partners seriously, to take the clear priorities of members seriously, to take our prophetic call seriously.

We are calling for a better communication system in which the most active members can be promptly made aware of brewing crisis and supported in communicating with their communities. In order to respond effectively, we require open communication and transparency. Backroom deals outside of the democratic structures of the organization are unacceptable.

We are calling for a clarification of our relationship with the CCCB. While we value our relationship with the Church and see it as fundamental to the work that we do, we believe in the original CCCB vision of CCODP as a lay organisation and we are not willing to cede control of our work to a small number of bishops. who have always stood by Development and Peace as a lay-led movement. We want the CCCB, in relationship with Development and Peace, to establish specific parameters for expressing concerns regarding CCODP campaigns and programming.

And we are prepared to act.

We support the spirit of the Francophone Youth Declaration and support those groups that choose to participate in the boycott of the Fall Action and Share Lent campaigns for this year, including their decision not to participate in the Fall Action and Share Lent campaigns for this year. We also join the call for an internal campaign to address those governance reforms that are needed to restore our faith in Development and Peace as a democratic movement. We want to be clear that, in choosing to support these actions, we are expressing a depth of love for this organization that should not be taken for granted. We are in a position to walk away and devote our energies to other work. Instead, we are choosing to stay and fight for the values that are important to us.

We call for an energetic groundswell encouraging the Bishops, D&P management, and the National Council to question their role in compromising our prophetic voice. We ask that members from across the country take out their pens, pick up their phones, and meet face-to-face with leaders in the organization and the Church to express their frustrations and calls for renewal. We want these communications to be shared movement-wide so that we can feel united in our efforts to reclaim the organization.

We are organizing for a youth led movement to reform the organization according to the values of members and partners. We are committed to open and honest dialogue with each other and with the leaders of the movement about what needs to change, and how we can come together to effect this change. May we, as a movement, find strength and courage in our faith to restore our prophetic voice and once again become leaders in the global struggle for justice and peace.

Adopted November 20th, 2012 by the Rio +20 Youth Delegation


Notre mission exige de nous que nous ayons le courage de dénoncer les situations injustes avec charité, prudence et fermeté, dans un dialogue franc avec toutes les parties intéressées. Nous savons enfin que nos dénonciations ne peuvent emporter l’adhésion que dans la mesure où elles seront cohérentes avec notre vie et s’inscriront dans une action continue.
- La promotion de la justice dans le monde, no 57

Délégation jeunesse de Rio+20 – Déclaration sur la campagne d’éducation

En juin 2012, des jeunes leaders de Développement et Paix provenant de partout au pays se sont rencontrés au Sommet des peuples de Rio+20. Ce groupe bilingue, entièrement composé de jeunes femmes, représentait l’organisation à l’une des plus importantes conférences de notre époque pour l’avenir de la planète. Francophones et anglophones, autochtones et non-autochtones, originaires de l’Ouest et de l’Est du Canada, ces sœurs ont en commun ceci : elles adhèrent toutes avec passion à un mouvement international pour la justice et la paix qui leur tient profondément à cœur.

En tant que jeunes membres, nous sommes unies par notre engagement profond envers l’évangile, que nous mettons en pratique par notre travail au sein de Développement et Paix. Aujourd’hui confrontées à un climat de conflit, de colère et d’impuissance, nous unissons une fois de plus nos forces pour réclamer le renouveau de cet engagement au sein du mouvement.

Nous sommes en colère.

Nous sommes en colère contre les membres de la CECC, qui ont abusé de leur pouvoir et de leur relation avec Développement et Paix pour intervenir dans la campagne d’éducation de 2012. Les évêques de Vatican II ont fondé Développement et Paix dans le but de constituer un mouvement laïc pour promouvoir la justice. Les agissements de la CECC vont donc à l’encontre du travail mené depuis des décennies par des laïcs habiletés à exercer leur foi par des actions de plaidoyer et de solidarité.

Nous sommes en colère contre notre gouvernement, dont le changement de philosophie en matière de développement international est très préoccupant pour nos partenaires, ainsi que pour notre mouvement et ses membres.

Nous sommes en colère contre les dirigeants de notre mouvement. À notre avis, l’équipe dirigeante ne défend pas les intérêts des membres de Développement et Paix ou de ses partenaires aussi ardemment qu’elle le devrait. L’inhabileté de nos leaders à communiquer clairement, en temps de crise, leur incapacité à défendre des partenaires exemplaires qui sont victimes de critiques injustes (comme le Centre PRODH), et leur inaptitude à réagir de façon prophétique aux menaces planant sur la campagne d’éducation sont inacceptables.Nous refusons de garder le silence face à leur inaction.

Nous en avons assez.

Nous en avons assez qu’on nous dise faire partie d’une organisation démocratique à l’écoute de ses membres. Que l’on vienne de se joindre au mouvement ou que l’on y adhère depuis des décennies, nous sommes tous fiers de nous dire membres. Cependant, les récents événements nous ont rendus mécontents, voire honteux, de ce mouvement que nous considérons le nôtre. La structure de gouvernance de l’organisation ne sert plus les intérêts de ses adhérents; elle doit être revue, de façon à replacer la voix des membres au cœur du mouvement.

Nous en avons assez de constamment décevoir nos partenaires, eux qui nous ont rappelé, maintes et maintes fois, que notre solidarité et notre volonté de dénoncer les injustices pèsent beaucoup plus que nos dollars. Comment pouvons-nous affirmer agir en solidarité avec nos partenaires quand nous ne sommes plus prêts à mener des actions politiques?

Par le passé, chaque fois qu’ils se sont heurtés à un mur, les membres de Développement et Paix ont tenu bon et ont continué d’affirmer le rôle prophétique de l’organisation dans l’Église. Nous sommes également demeurés fidèles à nos valeurs catholiques. Quand ces aspects fondamentaux de notre identité sont menacés, nous sommes toujours prêts à prendre des risques. Pourtant, nos élus et notre direction refusent de nous laisser agir avec courage; plutôt, ils font preuve de lâcheté face aux défis rencontrés.

Mais nous refusons de baisser les bras.

Nous réclamons un renouvellement du leadership et des valeurs démocratiques qui nous sont chères. Comment pouvons-nous prétendre appuyer les luttes de nos partenaires pour la démocratie quand nous sommes incapables d’appliquer ces principes à l’intérieur même de notre mouvement? Pour y arriver, et pour assurer l’avenir de l’organisation, il est essentiel d’écouter la voix des jeunes et d’augmenter leur engagement à tous les niveaux.

Nous réclamons que le comité exécutif du conseil national et l’équipe de direction fassent preuve de courage et prennent au sérieux les exigences de nos partenaires, les priorités exprimées par les membres et notre appel prophétique.

Nous réclamons l’amélioration de nos mécanismes de communication, pour que nos membres les plus actifs soient rapidement informés des crises qui se préparent et qu’ils disposent du soutien nécessaire pour diffuser l’information dans leur communauté. Pour que nous puissions réagir efficacement, la communication entre l’organisation et ses membres doit être ouverte et transparente. Il est inacceptable que des décisions soient prises en coulisse, hors des structures démocratiques de notre organisation.

Nous réclamons plus de clarté dans notre relation avec la CECC. Notre relation avec l’Église est précieuse et, à notre avis, fondamentale pour le travail que nous effectuons. Cela dit, nous adhérons à la vision originale de la CECC, selon laquelle Développement et Paix est une organisation laïque. Nous refusons de céder le contrôle de nos activités à un petit groupe d’évêques qui, par ailleurs, ont toujours défendu la nature laïque de notre mouvement. Nous désirons que la CECC, en collaboration avec Développement et Paix, établisse des paramètres spécifiques pour exprimer ses préoccupations concernant les campagnes et les programmes de Développement et Paix.

Nous sommes prêtes à passer à l’action.

Nous appuyons la déclaration des jeunes francophones ainsi que les groupes qui choisissent de boycotter la campagne d’éducation ainsi que le Carême du partage, y compris leur décision de ne pas participer à ces campagnes cette année. De plus, nous nous joignons à la campagne interne appelant à des réformes de la gouvernance nécessaires pour restaurer notre foi dans Développement et Paix comme organisme démocratique. Nous tenons à préciser que si nous appuyons ces actions, c’est pour exprimer la profondeur de notre attachement à l’organisation, un sentiment qu’il ne faudrait pas tenir pour acquis. Nous pourrions quitter le mouvement et consacrer nos efforts à d’autres causes. Plutôt, nous choisissons de rester et de lutter pour les valeurs qui nous tiennent à cœur.

Nous invitons les membres à se mobiliser de façon énergique pour encourager les évêques, la direction de Développement et Paix et le conseil national à examiner les façons dont ils ont contribué à assourdir notre voix prophétique. Nous demandons aux membres de toutes les régions de sortir leur plume, de prendre le téléphone et de rencontrer les dirigeants de l’organisation et de l’Église pour exprimer leur mécontentement et appeler au renouveau. Nous les invitons également à partager leurs démarches avec le reste du mouvement, pour que tous se sentent unis dans leurs efforts pour reconquérir l’organisation.

Nous mettons actuellement sur pied un mouvement jeunesse pour réformer l’organisation, en accord avec les valeurs de ses membres et de ses partenaires. Nous nous engageons à entretenir un dialogue ouvert et honnête entre nous, ainsi qu’avec les dirigeants du mouvement, pour déterminer les changements à apporter, ainsi que les meilleures façons de collaborer pour mettre en œuvre ces changements. Que notre foi nous accorde, en tant que mouvement, la force et le courage nécessaires pour retrouver notre voix prophétique et redevenir des leaders dans la lutte mondiale pour la justice et la paix.

Adopté le 20 novembre 2012 par la délégation jeunesse de Rio +20

Like ·  · Share

No comments:

Post a Comment